Internet pour enseigner

Publié le Mis à jour le


Internet pour diffuser des travaux comme source de motivation supplémentaire

Les outils de diffusion des travaux des étudiants comme SLIDESHARE, WIKIPEDIA, ou un BLOG sur WORDPRESS par exemple, peuvent constituer une source de motivation supplémentaire pour les étudiants. En demandant aux étudiants de regrouper leurs travaux sur un blog créé par moi mais géré par eux, j’ai pu constater une élévation de l’engagement pour certains étudiants. Quatre niveaux de BLOG ont été définis : le blog reste vide, le blog est une zone de dépôt, le blog reçoit des visites de manières fréquentes et suscitent quelques commentaires de la part de personnes extérieures au groupe, le blog suscite des commentaires de la part de personnes extérieures aux groupes et les étudiants répondent à ces commentaires.  Certains étudiants sont particulièrement sensibles à la hausse du nombre de visites et aux commentaires sur le BLOG. Ils diffusent le lien du BLOG sur leurs propres réseaux sociaux et invitent donc ainsi des amis, des proches à prendre connaissances de leur travail. On peut penser que cela peut les inciter à produire des travaux de qualité.  Au-delà des aspects motivationnels, le BLOG a peut-être  tendance à renforcer l’identité du groupe (a la demande des étudiants publication de la photo du groupe classe dans la page d’accueil du BLOG).

Internet pour transmettre des connaissances en amont du cours :

La multiplication de différents outils de diffusion des connaissances sous forme de podcast audio ou vidéos permettent de gagner du temps en amont du cours. Le fonctionnement traditionnel fait apparaître le cours magistral classique comme moyen de transmission de connaissances. Les étudiants viennent en cours, prennent des notes, et s’en vont. Il est fréquent de constater que dans les travaux dirigés qui font suite au cours magistraux, l’enseignant doit revenir sur un certain nombre de notions et de concepts suite aux questions des étudiants. Le cours magistral ne constitue pas pour les étudiants une phase de compréhension à proprement parlé. Les étudiants affirment souvent « qu’en CM on prend le cours, mais on ne le comprend pas ». L’utilisation d’internet permet de gagner du temps dans la phase de transmission puisqu’il est désormais assez aisé de produire des PowerPoint vidéo pour diffuser les connaissances aux étudiants. La transmission a donc déjà  lieu en amont du CM en présentiel où l’on peut dès lors envisager de travailler davantage à l’intégration des connaissances par les étudiants. L’efficacité de la publication de podcast doit cependant reposer sur un travail personnel de l’étudiant. Des études montrent par exemple que pour qu’un postcast soit utile il faut que les étudiants prennent des notes en le regardant et que ce dernier soit vu plusieurs fois. On peut aussi penser que des formats spécifiques de podcast doivent être utilisés afin de favoriser leurs consultations par les étudiants.

Internet pour mieux interagir à distance mais aussi en présentiel.

L’utilisation d’application de travail collaboratif ou d’écriture collaborative permet d’augmenter l’intensité des échanges entre les étudiants et de ne pas les limiter aux phases présentielles. Selon l’application utilisée cette interaction est d’ailleurs plus ou moins directe. L’écriture dans un WIKI permet de construire collectivement un dossier de manière asynchrone. Tous les étudiants ne sont pas en ligne en même temps.  Avec FRAMAPAD, l’interaction est plus directe et les étudiants peuvent écrire de manière simultanée dans le document. Les rendez-vous pour le suivi de mémoire sont par ailleurs aussi simplifiés. Avec internet, sur SKYPE, les Rdv avec les étudiants peuvent être pris sur des plages horaires et dans des périodes où habituellement il était impossible de le faire.

Ce qui est plus surprenant c’est qu’internet peut aussi favoriser le travail en collaboration en présentiel. Dernièrement, un groupe de 4 étudiants, auxquels j’avais parlé de FRAMAPAD, ont utilisé  l’application en cours, chacun avec un ordinateur. Avec un ordinateur pour 4 il n’est effectivement pas aisé de suivre l’avancé du travail sur un seul écran. L’interaction en grand groupe peut aussi être facilitée par l’utilisation de SOCRATIVE qui constitue une alternative peut coûteuse aux boîtiers cliqueurs. Les questions permettent d’avoir accès en temps réel au problème de compréhension des étudiants, aux représentations erronées.

Internet pour mieux réguler les apprentissages.

Sur notre plateforme SPIRALCONNECT nous avons la possibilité de créer des QUIZZ permettant de vérifier l’acquisition des connaissances par les étudiants. Après la lecture d’un document les étudiants sont amenés à répondre à des questions pour tester leurs acquis. Lorsque ces QUIZZ sont présentés en mode séance, ils sont organisés par niveaux successifs et les étudiants n’ont accès au niveau supérieur que lorsqu’ils ont répondu correctement au niveau inférieur. Ces procédures automatisées permettent aux étudiants de se tester autant de fois qu’ils le veulent. Des paramètres  permettent de jouer sur des variables de réalisation des QCM, temps limité, publication ou non de la correction, identification ou non des réponses, questions et ordre des questions plus ou aléatoires, nombre d’essai, durée entre chaque essaie, horaire et période d’ouverture.  L’étudiant peut ainsi se tester de manière fréquente jusqu’au moment où le résultat est satisfaisant. Cette  multiplication des essais ne serait pas envisageable si l’enseignant devait tout corriger lui-même et gérer individuellement l’avancé des étudiants. La correction de copie par oral sur fichier PDF, est également un atout pour réguler les apprentissages. Elle permet d’aller plus vite et surtout de faire plus de commentaires qu’à l’écrit.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Internet pour enseigner »

    Guillaume Pommet a dit:
    mars 3, 2014 à 7:12

    Aux USA ça marche bien! Tout tourne autour d’Internet, il y a un site Turnitin qui permet d’envoyer les essais et de les partager avec les camarades de classe. Cela permet d’avoir des feedbacks instantanés mais aussi d’avoir des commentaires francs puisqu’ils sont directement annotés, sur la copie en ligne. Nous avons également des classes « online », le prof gère en ligne grâce à une plateforme similaire à celle de Lyon 1, appelée blackboard. On y trouve les contenus d’enseignements, les quiz à faire en ligne et nos résultats. Ce système est à la fois motivant car ludique et nous savons directement ou nous avons échoué, et les points à travailler.

      jcweckerle a dit:
      mars 3, 2014 à 8:20

      Merci Guillaume pour ton commentaire.
      Combien d’heures de cours as-tu par semaine ?
      As-tu beaucoup de travail personnel ?
      Quelles relations as-tu avec les enseignants ? Peux les consulter facilement ?
      A bientôt

        Guillaume Pommet a dit:
        mars 3, 2014 à 9:28

        J’ai 14 heures de cours par semaine et beaucoup plus de travail personnel (obligatoire) qu’à la fac en France. Cependant, les examens sont beaucoup plus simples (choix multiples sur des connaissances transmises en cours par power point et assimilées par apprentissage personnel). Dans ma filière, « exercice science », nous avons des examens tout le semestre, en continue, et un final qui n’a pas plus d’importance (inf à 40%). Pour passer la classe, il faut avoir au moins un C au semestre ce qui correspond à 65-70%, contrairement en France ou la moyenne se situe à 10, soit 50%. Durant les 4 années, nous devons assister à aux moins 2 « labs » (ce qui pourrait correspondre aux TP ou TD en France). En Lab de Physiologie par exemple, nous pratiquons et mettons en place des tests pratiques (skinfold measures of body fat; tests aérobies Vo2 max…) Ensuite le travail personnel, est de faire des graphes sur les données étudiées en TP, ainsi que de répondre à différentes questions. Tout les travaux rendus comptent pour la note finale.

        Comme je vous ai dis dans le premier commentaire, nous avons une plateforme très performante et un mail étudiant qui permettent d’être connecté avec l’université en permanence. L’enseignant peut poster une « annonce », pour préciser le travail personnel ou mettre des commentaires sur ce qui ne semble pas avoir été acquis lors de la séance précédente.

        Je pense que ce qui est très bénéfique, sont les commentaires personnels qu’émettent l’enseignant ou les pairs sur le travail écrit rendu. Pour faire simple, Turnitin est une plateforme ou l’étudiant envoie son essai (format word). L’enseignant à le choix, avant de le lire, de soumettre chaque essai à un « pair ». Ainsi le pair, suis une formalité de questions (que pensez vous de l’organisation du devoir? ou même des questions en rapport avec le contenu) qui relatent au travail de son collègue. L’attribution par pair se fait automatiquement avec Turnitin. Les élèves sont sincères puisqu’ils ne sont pas influencés par les réactions instantanées de l’élève qu’il relise. Ensuite l’enseignant, peut en fonction des commentaires du pair, rebondir, mais aussi en ajouter sur la copie en ligne.
        Enfin, ce qu’il me plait, c’est que pour certains devoirs, l’enseignant peut laisser une marge de manoeuvre aux étudiants. C’est à dire, après les commentaires du pair, l’enseignant laisse quelques jours aux étudiants pour corriger leurs essais. C’est très bénéfique, puisque l’élève essai de mieux faire sans avoir eu sa note, c’est la « second draft ». En France, j’ai souvent été découragé de reprendre un sujet après avoir su que j’avais obtenu un carton. Ici, la motivation intrinsèque de l’élève n’est pas endommagée et les élèves se prennent au jeu en donnant des commentaires pertinents et des angles différents. L’enseignant, peut quand à lui prendre en compte la « first draft », ou directement la dernière.

        La relation prof élève est très bonne. Les classes sont plus petites 30 élèves maximum dans les matières scientifiques. Il n’y a presque aucun CM lors des dernières années universitaires. Tout cela aide les élèves à participer en cours de manière plus spontanée. De plus, le temps d’enseignement est beaucoup plus cours (en Kinésiologie, biomechanic, j’ai 3 heures par semaine répartie en 3 fois 1 heure, ce qui est beaucoup plus simple pour rester attentionné lorsqu’il y a une transmission pure et dure de connaissances)

        Les petites classes, comme nous avons en TD en France est intéressant pour le système d’essai envoyé en ligne. En effet, l’enseignant peut poster plusieurs sujet sur le même domaine étudié (thème). Lors de l’étude par pair, l’étudiant peut donner son avis sur un sujet auquel il n’as pas tout à fait réfléchi. Etrangés, il est donc objectif. Reste à trouver en éducation physique des sujets équitables pour l’ensemble des étudiants…

        Pour finir, il y a un système d’ « advisor », un prof principal qui guide les étudiants dans leur orientation. En physical Education ou exercise science par exemple, ce sont les élèves qui choisissent leur cours et leur emploi du temps. Le système de registration se fait sur la plate-forme de l’université. Evidemment, il y a des matières obligatoires pour valider un Bachelor avec une majeure spécifique. La première année (freshman) est cependant similaire, les étudiants reprennent les « bases », tels que les maths, la biologie, que nous français, avons déjà approfondies durant les années lycées. Pour résumer, mon université peut être attribuée à la fac de Lyon 1, avec en son sein, plusieurs spécialités. Cependant lors de la première année, les étudiants sont mélangés et choisissent des cours obligatoires (pour les « freshman » c’est une année de transition qui justifie les 4 années a lieu de 3 à l’université).

        Si vous avez davantage de questions, n’hésitez pas à me les poster. Bonne continuation.

    jcweckerle a dit:
    mars 4, 2014 à 9:22

    Merci Guillaume pour toutes ces précisions.
    C’est vraiment très intéressant.
    See you soon !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s