Approches par compétence

Situation complexe

Publié le Mis à jour le

Publicités

Peut-on parler « DES approches » par compétence.

Publié le Mis à jour le

L’approche par compétence se distingue de l’approche par les savoirs par la nature même des situations de travail et de validation. L’approche par compétence cherche à valider les compétences, la mobilisation et la remobilisation de ressources diverses dans des situations complexes. On peut distinguer différentes démarches dans l’utilisation de cette situation complexe. Il est plus juste, dès lors, de parler des approches par compétences. Voici une classification que je propose :

Situations d’emblée complexes Situation d’emblée complexe continue Les étudiants, les élèves sont mis d’emblée devant l’épreuve finale et celle-ci fait l’objet d’un travail tout au long du cycle PERRENOUD 1997
Situation d’emblée complexe répétée avec situations ciblées ou de cadrage Les étudiants, les élèves sont mis d’emblée devant l’épreuve finale mais celle-ci peut être faite plusieurs fois au cours du cycle. REY et AL .2002
Situations d’intégration Situation d’intégration à la fin du cycle d’apprentissage La situation finale fait l’objet d’un module de travail à la fin du cycle afin d’intégrer les connaissances ROEGIERS 2010
Situation d’intégration progressive Au cours du cycle d’apprentissage il existe modules répétés propices à l’intégration partielle des connaissances. ROEGIERS 2010
Situations de difficulté croissante Du simple au complexe Au cours du cycle on augmente progressivement la complexité des situations BISSONNETTE 2013

Illustration des démarches à l’université.

Situations d’emblée complexes Situation d’emblée complexe continue Un travail de mémoire
Situation d’emblée complexe répétée avec situations ciblées ou de cadrage Un  travail, en préparation au concours du CAPEPS par exemple, où les étudiants produisent 5 devoirs de préparation de 5h sur de nouveaux sujets à chaque fois et à raison d’un devoir par mois
Situations d’intégration Situation d’intégration à la fin du cycle d’apprentissage Un cours où l’enseignant développe des connaissances et des procédures et où il consacre les derniers cours à préparer l’examen pendant lequel l’étudiant devra réaliser une tâche complexe
Situation d’intégration progressive Un cours où les étudiants doivent commentée une étude de cas au premier semestre, et intégrée plusieurs études de cas pour résoudre un problème professionnel plus large au 2 semestre
Situations de difficulté croissante Du simple au complexe Un cours où l’on travaillerait les bases puis dans un second temps on utiliserait ces connaissances dans des situations simples puis de plus en plus complexes.

Illustration des démarches en EPS.

Situations d’emblée complexes Situation d’emblée complexe continue Match de basket avec des contrats collectifs et en même temps des contrats individuels qui s’enrichissent et se précisent tout au long du cycle.
Situation d’emblée complexe répétée avec situations ciblées ou de cadrage Alternance de matchs de basket similaires à la démarche précédentes (moins de variétés et de précision dans les contrats) et de situations d’opposition mettant l’accent sur un aspect précis de la compétence.
Situations d’intégration Situation d’intégration à la fin du cycle d’apprentissage Travail de différents micro-enchaînements en gymnastique avec intégration  dans un enchaînement  plus important à la fin du cycle
Situation d’intégration progressive Travail d’un module sur le jeu placé en badminton, travail d’un module sur le jeu fort, puis intégration des deux formes de jeu dans une situation complexe  à la fin du cycle.
Situations de difficulté croissante Du simple au complexe Travail des habiletés en tennis de table, puis situations de cadrage puis situation complexe à la fin du cycle.

Le point commun entre toutes ses approches est la nécessité de construire des tâches complexes pour permettre l’expression de la compétence.

La différence réside dans le moment où l’élève va être confronté à la tâche complexe.

La différence réside aussi dans le rôle que va avoir l’enseignant dans les différents dispositifs.

Dans les tâches d’emblée complexes l’enseignant va davantage avoir un rôle de facilitateur, dans les situations du simple au complexe c’est l’enseignant qui cadre davantage les apprentissages.

La différence est aussi relative à une activité de réinvestissement spécifique à chaque démarche.

Dans la démarche de situation d’emblée complexe, l’élève apprend dans la situation où il valide la compétence. La situation est donc globalement la même.

Dans les situations complexes répétées, l’élève réinvestit plusieurs fois dans des situations de complexité similaire.

Dans la pédagogie de l’intégration, le réinvestissement en situation complexe se fait dans les modules d’intégration plus ou moins nombreux.

Lors du passage du simple au complexe, il faut réinvestir, tout le temps, de proche en proche dans de nouvelles situations de complexité croissante.

Plusieurs questions se posent :

Quelles démarches pour quels élèves ? A quel niveau du cursus ?

Quelles démarches pour quel contexte ? Dans le cas de l’EPS, certaines démarches sont-elles plus compatibles avec certaines activités sportives ?

En quoi les différentes démarches mobilisent-elles des ressources différentes chez les élèves ?

Une seule production : plusieurs évaluations.

Publié le Mis à jour le

https://prezi.com/mi5sesv_b3sh/copy-of-stage-college-paul-emile-victor/

Dans le prezi ci- dessus, une seule et même production donne lieu à deux notes différentes. L’une portant sur la présentation des caractéristiques des élèves en début de cycle et au travers des bilans en lien avec le cours de « suivi de stage », l’autre prenant en compte la qualité des préparations de séance et des bilans en lien avec le cours de « didactique des APSA » , la troisième est centrée sur les liens avec le cours de « méthodologie et didactique de l’enseignement ».

En réfléchissant dans cette perspective, on peut penser qu’une même production pourrait  servir à plusieurs évaluations dans des UE différentes. Cela peut présenter plusieurs avantages.

La situation serait ainsi nécessairement complexe puisque l’étudiant se doit nécessairement de combiner les connaissances et compétences d’UE différentes au sein d’un même travail.

La production permet de favoriser des liens entre les différents cours d’une formation, pour les étudiants,

Elle nécessite pour les enseignants de travailler en équipe pluridisciplinaire. Et elle leur permet d’avoir un avis plus complet sur le travail d’un étudiant.

La production évite le morcellement de l’évaluation et permet au final de demander des productions plus globales et sans doute plus proches du métier.

Les critères d’évaluation doivent être, par contre, donnés dès le début de la formation.

Planifier son enseignement en L3 EM : un exemple de production dans l’UE « didactique des APSA »

Publié le Mis à jour le

Les étudiants doivent présenter à l’oral,devant les autres groupes,  les points fort de leur démarche en 8 minutes. Chaque groupe pose ensuite une question, l’enseignant en pose deux.

Commentaires sur la logique de cycle présenté par les étudiants.

Dans l’approche par compétence on fait souvent référence à l’idée de placer l’élève dans une situation d’emblée complexe. Dans l’étude de cas ci dessus, les caractéristiques des élèves ne permettent pas de proposer d’emblée ce type de dispositif complexe. Les étudiants ont donc proposé de mettre en place une démarche progressive où les élèves valident des défis tout au long du cycle d’apprentissage. Les situations sont progressivement plus complexes, et LA situation complexe qu’on devait présenter au début du cycle n’apparaît que plus tardivement dans le cycle.

L’approche par compétence qu’on présente souvent comme un processus unique se décline sans doute dans des approches par compétence. La démarche de la situation d’emblée complexe est une possibilité parmi d’autres. La logique des situations de cadrage, la pédagogie de l’intégration ou le courant de la pédagogie explicite donne des pistes différentes de fonctionnement.

En fonction du contexte, des caractéristiques des élèves, sans doute, est-il possible, d’envisager différentes forme d’approches par compétence.

Situations d’emblée complexes ou situations d’intégration ?

Publié le Mis à jour le

En référence à Vigotsky (1985)  et à la notion de zone proximale de développement, BRUNER (1983) développe l’idée « d’étayage et de désétayage ». « Ce système de support, fourni par l’adulte à travers le discours ou la communication plus généralement, est un peu comme un étayage, à travers lequel l’adulte restreint lacomplexité de la tâche permettant à l’enfant de résoudre des problèmes qu’il ne peut accomplir seul. »

BRUNER définit ainsi 6 principes à prendre en considération pour aider les élèves dans leurs apprentissages. L’un d’eux est le principe lié à la réduction des degrés de liberté.

«Cela implique une simplification de la tâche par réduction du nombre des actes constitutifs requis pour atteindre la solution ». (BRUNER, 1983)

Selon Gérard SCALLON (2007) “La compétence n’est pas une capacité abstraite isolée de tout contexte : on ne peut exercer ni observer une compétence à vide. Si la compétence est souvent considérée comme une potentialité, ou un agir en puissance, nombre d’auteurs, dont LEBOTERF (1994), précisent qu’elle doit être finalisée et contextualisée, c’est à dire qu’elle doit se rapporter à des situations précises.”  ROGGIERS 2000 met également en avant que » la compétence peut aussi s’exprimer à des niveaux de performance différents« .

La question des situations dans lesquelles doivent s’exprimer la compétence est donc une question essentielle pour l’apprentissage.

Pour trouver ces situations ROGGIERS (2000) propose de prendre pour point de référence la situation finale à laquelle seront confrontés les étudiants.

A partir de là plusieurs options se dessinent pour construire le chemin d’apprentissage :

 

Situations d’emblée complexes Situation d’emblée complexe continue Les étudiants, les élèves sont mis d’emblée devant l’épreuve finale et celle-ci fait l’objet d’un travail tout au long du cycle
Situation d’emblée complexe répétée Les étudiants, les élèves sont mis d’emblée devant l’épreuve finale mais celle-ci peut être faite plusieurs fois au cours du cycle.
Situations d’intégration Situation d’intégration à la fin du cycle d’apprentissage La situation finale fait l’objet d’un module de travail à la fin du cycle afin d’intégrer les connaissances
Situation d’intégration progressive Au cours du cycle d’apprentissage il existe des temps répétés propices à l’intégration partielle des connaissances.

Ces différentes approches peuvent être envisagées en EPS comme en pédagogie universitaire !