planifier

Le plan de cours à l’université

Publié le Mis à jour le

Au delà d’une simple présentation des objectifs, des contenus et des modalités d’évaluation, le plan de cours doit définir un environnement d’apprentissage pour les étudiants. L’usage de liens hypertextes est un moyen d’augmenter l’efficacité du plan de cours en donnant la possibilité aux étudiants d’accéder à un ensemble de ressources externes en liens avec les différentes thématiques du cours. Le site scoopit permet de diffuser facilement des liens vers des documents intéressants. Voici un exemple pour mon cours de 3e année de Licence « Méthodologie et didactique de l’enseignement de l’EPS » http://www.scoop.it/t/mdelicence.

Dans le cadre de la formation des enseignants, le plan de cours peut aussi préciser les principes d’enseignement importants du cours afin de permettre aux étudiants de vivre et de mieux comprendre différentes démarches d’enseignement. Les liens hypertextes peuvent ainsi renvoyer à des espaces d’interactions, comme ce blog par exemple, où les étudiants peuvent commenter, réagir à différents principes d’enseignement.

Planifier son cours

Publié le Mis à jour le

Pour le cours dont je suis responsable, nous nous sommes réunis à 5 pour établir des perspectives de formation. Nous n’avons pas rédigé un syllabus aussi abouti que celui proposer dans les cours de Formasup mais le résultat est consultable sur le lien suivant : http://prezi.com/aiwq8ixiidcw/methodologie-et-didactique-de-lenseignement-l3/.

Je pense qu’il est important d’envisager en parallèle des moyens de régulation de ce plan de cours. Sans quoi le plan de cours reste souvent ni plus ni moi q’un simple affichage. Il doit s’inscrire dans une perspective dynamique.  Nous avons envisagé des moyens de régulation en tout cas d’échange. Ces échanges se font  par l’intermédiaire d’un wiki où chaque enseignant peut donner ses impressions par rapport au TD de la semaine. Le WIKI est plus souple et évite les réunions à outrance. Tous les enseignants peuvent consulter en ligne les travaux des étudiants de chaque groupe de TD. Les CM sont également mis en ligne. En fait nous pensons que pour harmoniser nos contenus et nos démarches il faut que nous soyons au courant de pratiques de chacun, que l’on organise en quelque sorte une diffusion de nos pratiques.

Pour aller plus loin, et ce n’est pas le cas pour l’instant, notre plan de cours devrait s’inscrire dans une approche programme c’est-à-dire que l’on devrait réfléchir le cours dans le contexte plus général de la formation pour essayer de renforcer les compétences à développer. Cette prise en compte peut se faire selon une perspective horizontale, prise en compte des cours de la même année de formation où dans une perspective verticale, prise en compte des cours sur l’ensemble du cursus de l’étudiant. L’idéal serait ainsi de mettre en lien les différentes compétences développées dans chaque discipline tant à l’échelle de l’année qu’à l’échelle du cursus. L’expérience montre, cependant, que la mise en place d’une approche programme est difficile car elle nécessite une coordination importante entre les différentes équipes disciplinaires. Il est rare que dans une structure de formation importante comme celle où je travaille, l’approche programme se décrète unanimement du jour au lendemain. Des tentatives  peu fructueuses ont déjà  émergé dans mon établissement. La plupart du temps, c’était des responsables de formation qui essaient d’impulser de manière artificielle une dynamique lors de réunions plénières. Les gens travaillent au début, certains s’en vont rapidement ou ne viennent plus, puis la motivation s’étiole rapidement chez presque tout le monde.

La question est dès lors d’identifier les leviers sur lesquelles on peut jouer pour faire en sorte que se mettent en place des collaborations plus étroites entre les différentes disciplines.